fbpx

Compare Listings

Conseils pour vendeurs

Que le temps soit venu de vous simplifier la vie car la maison est trop grande, que vous ayez besoin de plus grand car la famille s’agrandit, qu’une opportunité professionnelle vous amène à déménager rapidement ou que votre parc immobilier ai besoin d’être optimisé, nous somme là pour vous aider à réaliser la meilleur transaction possible avec un minimum de stress.

Et si les intérêts hypothécaires de votre nouvelle résidence personnelle étaient déductibles de vos revenus?

En effet, pour les travailleurs autonomes non incorporés, c’est maintenant chose possible. Suite à une récente décision de la Cour suprême du Canada, jumelée à une nouvelle position administrative de Revenu Canada, ces derniers peuvent désormais utiliser la technique dite de la « mise à part de l’argent » et ainsi transformer les intérêts hypothécaires de leur résidence personnelle, non déductibles, en intérêts déductibles.

DES CHIFFRES RENVERSANTS

En nous référant au tableau ci-bas, nous constatons qu’un individu ayant choisi d’amortir son hypothèque résidentielle de 150 000 $ (au taux moyen de 6 % ) sur une période de 20 ans, pourra déduire de ses revenus, au fil des ans, l’imposante somme de 106 388 $.

En utilisant un taux d’imposition de 45 %, le contribuable se retrouvera éventuellement plus riche de 47 875 $ après impôt. De plus, le coût d’utilisation de cette stratégie varie de très faible à nul! Alors…

QU’EST-CE QUE LA MISE À PART DE L’ARGENT?

Habituellement, le travailleur autonome non incorporé se sert de ses revenus bruts (chiffre d’affaires) pour payer ses dépenses d’opérations courantes et il finance ses dépenses personnelles importantes, comme l’hypothèque de sa résidence.

En utilisant la technique de la « mise à part de l’argent », le même individu utilisera le revenu brut de son entreprise pour accélérer le paiement de son hypothèque personnelle et financera dorénavant 100 % de ses dépenses d’opérations. Ce faisant, il transformera graduellement des intérêts non déductibles (hypothèque) en intérêts déductibles (emprunt pour fins d’affaires).

L’EXEMPLE DE JEAN

Jean est un travailleur autonome non incorporé et dans le cadre de sa profession, il encourt 75 000 $ de dépenses d’affaires (loyer, salaires, fournitures, etc.) lesquelles sont, jusqu’ici, payées à même ses revenus bruts de profession de 200 000 $. Jean vient aussi d’acquérir une nouvelle résidence pour laquelle il assumera une hypothèque de 150 000 $.

Une fois la technique de la mise à part de l’argent en place, Jean utilisera la portion de ses revenus qui aurait normalement servi à payer ses dépenses d’affaires, pour effectuer un versement hypothécaire supplémentaire sur sa résidence personnelle.

Ensuite, l’institution financière permettra à Jean d’utiliser une marge de crédit hypothécaire pour un montant équivalent au versement hypothécaire supplémentaire qu’il vient tout juste d’effectuer. Ainsi, Jean pourra, à même sa marge de crédit hypothécaire, payer ses dépenses d’affaires courantes.

Et puisque les sommes empruntées sur la marge de crédit hypothécaire l’auront été pour des fins d’affaires, Jean pourra alors déduire de ses revenus les intérêts sur le montant emprunté. Il aura donc transformé des intérêts non déductibles (hypothèque résidentielle) en intérêts déductibles (marge de crédit pour fins d’affaires).

Avec des dépenses d’affaires annuelles de 75 000 $, Jean prendra donc à peine 2 ans pour transformer complètement son hypothèque initiale de 150 000 $ en marge de crédit hypothécaire, rendant du même coup les intérêts déductibles pour toute la durée de vie restante de la dette.

C’est ainsi que Jean récupérera plus de 47 875$ net d’impôt!

LE SALARIÉ ET L’IMMEUBLE À REVENUS

Un salarié, tout comme un travailleur autonome, qui possède ou acquiert un immeuble à revenus, pourra utiliser une version différente de la mise à part de l’argent afin de, lui aussi, transformer les intérêts non déductibles de son hypothèque résidentielle, en intérêts déductibles.

En effet, dans une telle situation, l’individu n’aura alors qu’à utiliser la portion de ses revenus de loyer qui aurait normalement servi à payer les dépenses d’opérations de l’immeuble locatif (taxes, assurances, entretien, versements hypothécaires, etc.) pour effectuer un versement hypothécaire supplémentaire sur sa résidence personnelle. Et tout comme Jean dans l’exemple précédent, une fois ce versement supplémentaire effectué, l’individu utilisera alors sa marge de crédit hypothécaire pour payer les déboursés courants de son immeuble à revenus.

Et puisque les sommes empruntées sur la marge de crédit hypothécaire l’auront été pour des fins d’affaires, il aura donc graduellement transformé des intérêts non déductibles (hypothèque résidentielle) en intérêts déductibles (marge de crédit pour fins d’affaires).

QUELQUES RECOMMANDATIONS

Puisqu’il existe d’autres stratégies de planification visant à maximiser les avantages fiscaux de la technique de la mise à part de l’argent, consultez un professionnel qui saura mettre en place une stratégie parfaitement adaptée à vos besoins, tenant compte, entre autres, des aspects suivants :

  • Les règles entourant le partage du patrimoine familial;
  • Les dépenses à caractère personnel et d’affaires (exemple : automobile);
  • La TPS et la TVQ perçues sur vos ventes dans le cadre de votre profession;
  • La situation où les conjoints sont co-propriétaires;
  • Etc…

Un déménagement payant!

Il est de plus en plus fréquent qu’un particulier doive se relocaliser dans une autre municipalité à la suite de l’obtention d’un nouvel emploi ou d’un transfert (volontaire ou involontaire) vers un autre établissement de son employeur actuel ou futur.

Pour des raisons pratiques, cette personne envisagera probablement de vendre sa maison pour se rapprocher de son nouveau lieu de travail. Une bonne nouvelle l’attend peut-être…

En effet, la rétribution du courtier immobilier, de même que tous les frais de déménagement, pourraient devenir entièrement déductibles des revenus réalisés au nouveau lieu de travail !

Voyons les règles applicables un peu plus en détail…

Les lois fiscales, tant fédérales que provinciales, prévoient que lorsqu’un particulier change de lieu de résidence au Canada parce qu’il est ou sera employé dans un nouveau lieu de travail, ou parce qu’il exploitera une entreprise dans un nouveau lieu de travail, il peut déduire les frais de déménagement admissibles incluant la rétribution du courtier immobilier dans la mesure où sa nouvelle résidence (maison, appartement loué, condo, etc.) lui permet de se rapprocher d’au moins 40 kilomètres de son nouveau lieu de travail (que le travail soit à temps plein ou à temps partiel).

On peut donc constater que de nombreux frais sont admissibles en déduction; même les frais de notaire et le droit de mutation de la nouvelle résidence peuvent être déduits, si l’ancienne résidence est vendue et qu’une nouvelle résidence est effectivement acquise !

Un vrai cadeau du ciel…

Notez que les personnes qui ont déménagé dans les dernières années et qui étaient admissibles à ces déductions mais qui ont omis de les réclamer, peuvent demander à Revenu Canada et Revenu Québec un remboursement rétroactif, pourvu qu’il ne se soit pas écoulé plus de 10 ans entre l’année du déménagement et l’année de la réclamation.

Derniers points techniques…

Si vous avez payé des frais lors de l’une des années suivant votre déménagement, vous pouvez désormais déduire ces frais des revenus de l’année où vous les avez payés.

Votre déduction ne peut dépasser le montant de votre revenu gagné à votre nouveau lieu de travail. Vous pouvez par contre reporter toute partie inutilisée sur les années suivantes ou jusqu’à ce que vos revenus à votre nouveau lieu de travail vous permettent de la déduire. Notez que le déménagement n’a pas besoin d’avoir lieu dans la même année que le changement de lieu de travail, mais doit, entre autres, avoir eu lieu en raison du changement de lieu de travail.

l’analyse comparative de marché est préparée spécialement pour vous, en analysant des propriétés similaires à la vôtre. Il est donc important pour le Courtier Immobilier qui vous représente, d’avoir évalué en toute connaissance de cause votre propriété. Cette évaluation se devra de commencer par une visite des lieux afin d’avoir un regard professionnel et critique sur votre propriété et également de connaître vos objectifs de vente.

Le but de cette analyse est de déterminer le meilleur prix de vente pour votre propriété, tout en s’assurant de la vendre dans un délai raisonnable. En fin de compte, le prix de vente établi sera le plus haut prix de vente espéré compte tenu du marché actuel.

L’analyse comparative de marché se base sur des propriétés comparables à la vôtre qui ont été vendues récemment dans votre secteur. Une telle analyse permet d’obtenir un portrait juste de la valeur de votre propriété dans le marché actuel.

Cette analyse de marché vous assure donc d’établir le bon prix de vente pour votre propriété, et ce, dès le départ.

Vous retrouverez également dans cette analyse de marché d’autres renseignements pertinents au bon déroulement de la vente de votre propriété et au marché dans lequel elle évolue.

Méfiez-vous des évaluations virtuelles ou téléphoniques. Un concessionnaire ne vous donnera jamais une valeur d’échange par téléphone… Pourquoi un courtier ou mieux, un acheteur, le ferait? Vous pourriez également être perdant sans que vous en SOYEZ CONSCIENT.

1. Faire bonne impression

La première impression des visiteurs est cruciale. Souvent, tout se joue dès qu’ils aperçoivent l’entrée principale de la maison. Assurez-vous que tout est propre et en bon état, y compris la pelouse et l’aménagement paysager. Retirez les feuilles mortes et dissimulez les déchets. S’il a neigé, déblayez les escaliers et l’entrée.

2. Procéder à quelques retouches

Retoucher la peinture, remplacer le papier peint endommagé, colmater les fissures apparentes et réparer les carreaux brisés donnera à votre maison un aspect nouveau.

3. Être minutieux

Ce sont les plus fins détails qui témoignent de l’aspect général d’une propriété. Prenez le temps de bien vérifier le fonctionnement des portes, tiroirs et fenêtres. Procédez à quelques réparations, s’il y a lieu.

4. Valoriser sous-sol et grenier

Le grenier, le sous-sol et les autres espaces de rangement ne doivent surtout pas être négligés. éclairez le tout et n’hésitez pas à appliquer une couche de peinture si nécessaire.

5. Ranger les armoires

Vous gagnez à mettre de l’ordre dans les armoires : les acheteurs potentiels recherchent des espaces de rangement vastes et commodes.

6. Privilégier salle de bains et cuisine

Ces pièces influencent grandement la décision de l’acheteur. Nettoyez la robinetterie, calfeutrez les fissures, lavez les serviettes et la lingerie, libérez les comptoirs. Tout doit briller de propreté !

7. Bien éclairer la maison

Lors des visites en soirée, laissez toutes les lumières extérieures et intérieures allumées, et remplacez les ampoules au besoin. La maison paraîtra plus chaleureuse et accueillante.

8. Éliminer toute source de distraction

Votre courtier RE/MAX et l’acheteur potentiel doivent pouvoir discuter calmement si vous souhaitez obtenir les meilleurs résultats possibles. Baissez le volume de vos appareils et éteignez le téléviseur. Soyez accueillant et attentif, mais évitez de distraire les visiteurs, qui sont des acheteurs potentiels. Le courtier se chargera de diriger la visite.

9. Éloigner les animaux

Les animaux sont les meilleurs amis de l’homme. Néanmoins, tenez-les à distance : certaines personnes les redoutent ou y sont allergiques; elles risquent d’écourter leur visite en leur présence.

10. Demeurer discret

Votre courtier RE/MAX connaît les besoins et désirs des visiteurs; il saura leur présenter tous les avantages qu’offre votre maison. Si vous désirez lui poser certaines questions, évitez de le faire pendant les visites. Il faut faire preuve de patience si vous désirez vendre vos meubles et accessoires à un visiteur. Avisez votre courtier RE/MAX de vos intentions; il interviendra au moment approprié.

Pour vendre votre maison, votre condo ou tout autre type de propriété, deux choix s’offrent à vous : faire affaire avec un courtier immobilier ou encore tenter de vendre par vous-même. Avec les sites destinés aux propriétaires-vendeurs, vous vous demandez pourquoi vous devriez faire affaire avec un courtier immobilier. La réponse est simple : une transaction immobilière c’est compliqué, et plus les années passent, plus c’est complexe : évaluer, négocier, qualifier les acheteurs, inspecter, remplir les formulaires légaux, discuter des inclusions et des exclusions, de la date d’occupation, etc.

Professionnel de l’immobilier formé selon un programme rigoureux, le courtier immobilier est à même de vous accompagner dans chacune de ces étapes, et ce, avec aisance. Sa compétence, son réseau de contacts, sa connaissance des différents aspects d’une transaction ainsi que sa maîtrise de l’art de l’évaluation et de la négociation font de lui le parfait allié pour vendre votre maison, votre condo ou tout autre type de propriété.

Selon une étude récente de l’OACIQ, c’est la perception de l’économie d’argent, l’impression qu’une propriété se vend par elle-même et la confiance d’avoir les compétences requises qui motivent avant tout les propriétaires à vendre par eux-mêmes. Par contre, le vendeur adhérant à ces croyances néglige les avantages de faire affaire avec un courtier immobilier et oublie qu’il est le plus compétent et impartial pour obtenir le meilleur prix aux meilleures conditions.

Le propriétaire oublie également que la majorité des acheteurs utilise déjà les services d’un courtier immobilier et, ainsi, ne s’intéressera pas aux propriétés à vendre par le propriétaire puisque leur courtier ne les accompagnerait pas dans le processus d’achat. Dans le même ordre d’idées, l’accès au réseau de courtiers immobiliers du Québec par le biais du service d’inscription inter-agence (Centris, MLS) permet au propriétaire d’obtenir beaucoup plus de visibilité auprès des acheteurs et auprès des autres courtiers immobilier travaillant pour les acheteurs. De plus, la prise en charge de chacune des étapes du processus transactionnel, de la visite de la propriété à la signature du contrat, en passant par les négociations est un processus demandant de l’expérience et de nombreuses heures de travail. En faisant affaires avec un courtier immobilier, le propriétaire se libère de ses tâches, ce qui lui permet de sauver du temps, d’éviter des erreurs et d’avoir l’esprit tranquille.

Aide financière fédérale
Aide financière provinciale
Société d’habitation du Québec (aide fédérale/provinciale)

Vise à aider financièrement les propriétaires-occupants à faible revenu qui vivent en milieu rural à réaliser des travaux pour corriger les défectuosités majeures de leur résidence.

Hydro-Québec
Gaz Métro
Ville de Montréal
Programmes municipaux
Autres programmes
Ville de Laval

Rénovation Québec appuie financièrement les municipalités qui se dotent d’un programme visant à améliorer les logements dans des secteurs résidentiels dégradés.

Un déménagement implique beaucoup de changements et ce, sur plusieurs plans. Afin de déménager sans tracas et de vous assurer de ne rien oublier tout en étant le plus efficace possible, suivez notre guide ou télécharger le dossier complet sur les préparatifs du déménagement en format PDF.

Télécharger les astuces sur la planification en format PDF

De 2 à 6 mois avant le déménagement…

La planification est une étape importante, voire primordiale, pour un déménagement réussi. Mais par où commencer ? Comment procéder ? Quoi faire pour ne rien oublier et être fin prêt pour le jour J ? Voici, étape par étape, nos conseils de pros :

LE DÉMÉNAGEMENT, C’EST L’AFFAIRE DE TOUTE LA FAMILLE

Quel que soit l’âge de vos enfants, un déménagement est un événement important pour eux et il se peut qu’ils aient besoin d’être rassurés. Afin de limiter le stress qu’ils pourraient ressentir, discutez avec eux de cette nouvelle vie en amenant les points positifs et écoutez leurs impressions. Il se peut qu’ils aient une fausse conception de ce changement et qu’ils s’imaginent qu’ils vont perdre leurs repères (meubles, jouets, amis, etc.) Rassurez-les.

Expliquez-leur que vous apporterez tous les objets auxquels ils tiennent et qu’ils pourront garder contact avec leurs amis. Pour que vos enfants vivent le plus sereinement possible ce déménagement, assurez-vous de toujours aborder cette question avec enthousiasme et positivisme.

Impliquez-les dans le processus en leur montrant des photos de votre nouvelle demeure ou en la leur faisant visiter. Parlez-leur des alentours, des parcs, des amis qu’ils pourront se faire, des activités qu’ils pourront pratiquer dans ce nouveau secteur (si c’est le cas). Si vos enfants changent d’école, allez la voir et la visiter si possible. Parlez-leur de leur nouvelle chambre et consultez-les sur le choix des couleurs et de la décoration de celle-ci. De cette façon, ils seront mieux préparés à cette nouvelle vie qui s’amorce.

Faites-les participer aux préparatifs pour qu’ils se sentent bien impliqués. Attribuez-leur des tâches qui conviennent à leur âge. Par exemple, laissez-les emballer leurs objets personnels eux-mêmes. Ils verront ainsi qu’ils ont le plein contrôle sur ce qu’ils veulent faire de leurs objets de prédilection. Cela leur permettra également de retrouver plus facilement leurs repères une fois entrés dans votre nouvelle demeure.

DÉTERMINER UNE DATE POUR LE JOUR J

Vous vendez votre maison et en achetez une ? Convenir d’une date doit faire l’affaire des deux parties. Tentez de négocier à votre avantage, tout en accommodant l’acheteur de votre résidence et l’ancien propriétaire de celle que vous avez achetée.

Vous êtes actuellement locataire et avez un bail ? Sachez que vous êtes responsable jusqu’au dernier jour. Une fois que vous avez fixé une date avec les vendeurs de votre nouvelle maison et si celle-ci ne concorde pas avec la date d’échéance de votre bail, discutez avec votre propriétaire pour prendre une entente. Peut-être vous remettra t-il entre les mains la responsabilité de trouver un locataire pour la date prévue de votre départ. Certains propriétaires se montrent très compréhensifs et décident de s’en occuper eux-mêmes. Bref, soyez vigilant et conscient de votre responsabilité envers ce contrat.

LE TRI : VENTE DE GARAGE OU DONS À DES ŒUVRES DE BIENFAISANCE ?

Il est inutile de déménager des trucs que vous n’utilisez plus. Profitez de cette occasion pour passer votre maison au peigne fin et faire le tri de vos articles et pour déterminer ce que vous voulez en faire. Si vous possédez des choses qui ne font qu’accumuler la poussière ou qui prennent de l’espace pour rien, n’ayez pas peur de vous en débarrasser, c’est le temps !

Faire une vente de garage peut alors s’avérer l’option parfaite. De cette façon, vous pourrez profiter d’un peu d’argent supplémentaire. Vous pourriez même être étonné du montant amassé ! Celui-ci pourra vous aider à défrayer certains coûts reliés à la journée du déménagement. Pour faire de votre vente de garage un succès, voici les étapes à suivre :

Préparer la vente :

  • Téléphonez à votre municipalité pour savoir si vous avez besoin d’un permis.

  • Sélectionnez les biens à vendre et en établir le prix.

  • Assurez-vous d’avoir une bonne quantité et une bonne variété de choses à vendre, ce sera plus attirant pour les passants et vous en aurez pour tous les goûts et budgets !

  • Étiquetez les articles, en gardant en tête que vos clients vont sûrement vouloir négocier !)

  • Déterminez une date (assurez-vous que ce soit une fin de semaine)

  • Installez des affiches dans votre quartier pour annoncer votre vente de garage. Vous pouvez également placer une annonce dans le journal local environ une ou deux semaines à l’avance, en y indiquant les dates et les heures. Préparez également un panneau que vous pourrez placer devant votre maison le ou les jour(s) de la vente.

Le jour de la vente

  • Assurez-vous d’avoir suffisamment de monnaie.

  • Ayez à portée de main, une calculatrice, des étiquettes de rechange et des stylos.

  • Disposez les petits articles sur des tables et répartissez le reste de façon attrayante.

  • Si vous avez des vêtements à vendre, utilisez un support roulant pour les accrocher.

  • N’acceptez que l’argent comptant

  • Soyez plus négociable sur vos prix demandés vers la fin de la journée, pour vous débarrasser du plus d’articles possible.

Tout ce qui ne sera pas vendu à la fin de votre journée, peut alors être donné à des œuvres de bienfaisance. En voici quelques-unes :

LES PREMIÈRES BOÎTES : QUOI EMBALLER ?

Débutez par les articles que vous ne serez pas susceptible d’utiliser. Par exemple, empaquetez des items hors saison ou des décorations de Noël. Vous pouvez aussi en profiter pour emballer certains jouets pour lesquels vos enfants démontrent moins d’intérêt et qu’ils seront heureux de retrouver dans quelques semaines. Vous pouvez également emballer de la verrerie ou divers articles que vous utilisez moins souvent, en vous assurant de garder à portée de main un minimum nécessaire pour fonctionner aisément. Demandez à tous de participer à cette étape et de faire le tri de choses dont ils pourraient se passer pour quelques semaines.

ENTREPOSAGE : LES DIVERSES OPTIONS

Vous déménagez dans un endroit plus petit que celui où vous êtes présentement ? Il y a un délai entre la date où vous devez quitter votre demeure actuelle et celle où vous emménagez ? S’il y a des meubles pour lesquels vous ne pourrez retrouver un emplacement dans votre nouvelle demeure, mais auxquels vous tenez, l’entreposage serait peut-être une bonne option. Voici quelques conseils pour vous éclairer :

  • Assurez-vous de bien déterminer vos besoins (Grandeur de l’espace, chauffé ou non ? durée de l’entreposage, proximité de chez vous, etc.).

  • Téléphonez à plusieurs compagnies d’entreposage afin d’avoir des estimés des coûts et comparer. Quels sont plans d’assurance proposés ?

  • Visitez-en quelques-uns afin de vous assurez que les lieux semblent sécuritaires et bien entretenus.

  • Soyez assuré d’avoir un accès facile à votre emplacement d’entreposage. Certaines installations sont ouvertes 24 heures sur 24, tandis que d’autres ont des heures précises d’opération.

  • Déterminez de quelle façon vous y emporterez vos biens. Devez-vous louer un camion ? Une fois arrivés sur les lieux, est-ce que la compagnie se charge de transporter vos biens du camion à votre local ?

QUI PROCÈDE AU DÉMÉNAGEMENT ? VOUS OU DES PROFESSIONNELS ?

Vous désirez déménager vous-même ? Si vous choisissez cette option, voici la marche à suivre

  • Contactez plusieurs compagnies de location de camions pour connaître leurs tarifs et demandez-leur de vous aider à déterminer la grandeur de camion dont vous aurez besoin selon les biens que vous possédez. Validez avec eux quel type de matériel ils fournissent (couvertures, diables, courroies, boîtes, etc.)

  • Assurez-vous de bien évaluer la distance à parcourir entre les deux domiciles et de calculer approximativement le coût total selon le nombre de kilomètres. Vous pourrez ainsi avoir une idée du coût total et comparer avec ceux d’une compagnie de déménagement

  • Réservez votre camion à l’avance, surtout si votre déménagement est prévu dans une période d’achalandage accru, soit juin et juillet.

  • Informez-vous auprès de votre compagnie d’assurance pour voir de quelle manière vos biens sont assurés durant le transport.

  • Soyez certain d’avoir suffisamment de gens pour vous aider le jour du déménagement et qu’ils soient également en mesure de soulever des charges lourdes !

  • Planifiez un petit budget pour acheter de la nourriture et des breuvages à l’équipe qui vous aide. Gâtez-les, ils seront heureux de vous aider !

Vous préférez donner le mandat à des déménageurs professionnels ? Voici les points importants à prendre en considération :

  • Faites faire des soumissions par diverses entreprises afin de comparer les taux. En haute saison, ceux-ci sont plus élevés et moins négociables.

  • Informez-vous des assurances qu’offrent ces compagnies de déménagement.

  • Contenants de plastique dans lesquels vous pourrez transporter des items à entreposer (vêtements hors saison, articles de sport, etc.) Une fois dans votre nouvelle maison, laissez ces articles dans les bacs et identifiez-les clairement. Vous vous y retrouverez alors facilement quand viendra le temps de les utiliser.

  • Donnez le plus d’information possible sur les particularités de la demeure que vous quittez et de celle où vous emménagez. (Ex. : ascenseurs, plusieurs escaliers, accès difficile, etc.) De cette façon, l’analyse des heures allouées au déménagement sera plus juste, donc le coût estimé le sera aussi.

  • Vérifiez, si possible, la réputation des compagnies approchées auprès de vos contacts.

ÉTABLIR UN BUDGET : DES FRAIS DE NOTAIRE À L’ACHAT DE MATÉRIEL

Quels sont les coûts que vous devrez prévoir pour le déménagement ? Les frais de notaire, la taxe de Bienvenu, la location du camion et l’inspection, sont sûrement des dépenses que vous avez déjà prévues. Mais avez-vous pensé à tout ? Voici quelques frais possibles à considérer :

  • Assurez-vous de bien déterminer vos besoins (Grandeur de l’espace, chauffé ou non ? durée de l’entreposage, proximité de chez vous, etc.).

  • Téléphonez à plusieurs compagnies d’entreposage afin d’avoir des estimés des coûts et comparer. Quels sont plans d’assurance proposés ?

  • Visitez-en quelques-uns afin de vous assurez que les lieux semblent sécuritaires et bien entretenus.

  • Soyez assuré d’avoir un accès facile à votre emplacement d’entreposage. Certaines installations sont ouvertes 24 heures sur 24, tandis que d’autres ont des heures précises d’opération.

  • Déterminez de quelle façon vous y emporterez vos biens. Devez-vous louer un camion ? Une fois arrivés sur les lieux, est-ce que la compagnie se charge de transporter vos biens du camion à votre local ?

Vous avez trouvé votre nouvelle demeure et êtes sur le point de déménager? L’Équipe Emmanuel Paquin en partenariat avec l’entreprise québécoise MovingWaldo a une solution pour vos changements d’adresse.

MovingWaldo vous permet de compléter vos changements d’adresse, en un seul endroit, auprès de plus de 500 fournisseurs de services, incluant : institutions financières, assureurs, fournisseurs de télécommunications, magazines, programmes de récompenses et plus encore!

Cette solution vous est offerte gratuitement.

Comment ça fonctionne ?

C’est très simple! Créez un compte avec votre adresse courriel, remplissez un seul et unique formulaire de changement d’adresse, et faites la sélection des fournisseurs de service à qui vous désirez faire part de votre nouvelle adresse. Il n’en prend pas plus de 5 minutes, et le tour est joué!

Pour plus d’information, visitez la Foire Aux Questions de MovingWaldo

VENDRE VOTRE MAISON EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE

 

L’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) a conçu ce guide pour vous accompagner tout au long de vos démarches vers la vente d’une propriété.

Vous y trouverez les principales étapes à franchir avant et pendant la vente de votre maison, ainsi que de nombreux conseils pratiques qui vous aideront à réaliser votre transaction immobilière sans tracas.

Ce guide se veut un aide-mémoire pratique. Il ne remplace toutefois pas les conseils d’un courtier ou d’une agence œuvrant dans le domaine immobilier ou hypothécaire. Son contenu s’applique uniquement à la vente d’un immeuble résidentiel. Certaines notions propres aux immeubles détenus en copropriété divise ou par indivision sont spécifiées par endroits, mais ce contenu n’est pas exhaustif.